Trois adolescents, dans un bidonville du Guatemala se préparent à partir en secret. Juan coud dans son pantalon son capital, 100 pesos, Sara se coupe les cheveux et bande ses seins pour ressembler à un garçon, Samuel arrête le tri dans la montagne de déchets, où il gagne sa vie. C'est ainsi qui commence le film Rêves d'or (La jaula de oro) de Diego Quemada-Diez.

  media

Chauk se joint au trio de départ au Chiapas, imposant sa présence discrète et obstinée. L’absence de langue commune, source de quiproquo...

Mais, lors de leur voyage dans des trains de marchandises ou le long des voies de chemin de fer, ils devront affronter une dure et violente réalité…

Nombreux sont déjà les films qui racontent le voyage, souvent dramatique de ces migrants qui remontent d’Amérique centrale dans l’espoir de refaire leur vie au-delà du Rio Grande, dans l’eldorado nord-américain. Mais Rêves d’or, du réalisateur Diego Quemada-Diez dont c’est le premier long-métrage, est aussi un film d’initiation d’une grande humanité, en raison notamment de la force avec laquelle ses quatre jeunes acteurs nourrissent leurs personnages, créant une empathie particulière avec le public.

Le film, présenté en avant-première par "Espagnolas En Paris" a été récompensé par une dizaine de prix dont le Prix d’interprétation pour ses jeunes acteurs au dernier Festival de Cannes, dans la section « Un certain regard ».

Reves d'or 3

La projection se fera mardi 24 avril au CDI de 12h00 à 13h30, venez nombreux!